Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.

31 May

"L'enfer, c'est les autres" ?

Publié par Julie  - Catégories :  #Réflexions

L'important ce n'est pas le regard des autres...C'est une réflexion lancinante, parfois elle perd, souvent elle déchire : que va-t-on penser de moi ? Quelle image je vais donner ? Va-t-on m'aimer si je fais ça ? Et si on me juge ?

Que de questions et de perte de temps à se questionner sur des suppositions. C'est le deuxième accord toltèque "Quoi qu'il arrive n'en faites jamais une affaire personnelle". Don Miguel Ruiz n'avait pas tord.

 

Ces questions somme toutes anodines peuvent être de véritables poisons si l'on s'y accroche et il est courant de le faire, pour beaucoup. Ce regard des autres, ce prisme qui devrait dicter ses propres conduites. La volonté d'être accepté est beaucoup trop forte sur Terre. La peur du rejet, une des 5 blessures fondamentales de l'être selon Lise Bourbeau, nous condamne-t-elle à cette servitude? Car il s'agit bien de ça, se conduire comme on attend de nous, faire les choses comme on attend de nous, ne jamais faire d'erreur. La peur reste là, au creux de nos rêves inachevés ou même enlisés dès le départ.

 

Parfois, je me demande pourquoi le genre humain n'est pas né avec un programmateur interne, bien pratique pour éviter tant de souffrance. Un programmateur qui nous permet instinctivement de sentir ce qui est bon pour nous ou pas. Un programmateur qui nous permet d'ignorer ce sentiment de rejet et d'enfin prendre les choses avec son propre angle de vue. Car il n'est question que de ça : devenir sa propre référence interne, en dépit de ce que peuvent penser les autres de nos choix, de nos actions, de ce qu'on ressent. Faire les choses qu'on estime justes, bonnes pour soi, même si ça ne fait pas partie de l'idéal des autres. De manière très concrète et simple, ça peut aussi passer par le fait de publier des articles, des vidéos, des posts qu'on estime en cohérence avec soi qui n'obtiennent pas beaucoup d'approbation ou de "j'aime". L'amour se manifeste-t-il via un nombre de "j'aime" ?

 

 

 

Ce propre amour, pourquoi ne pas nous le donner à nous-mêmes,être fier de ce qu'on a fait et de ce qui nous reste encore à faire? Il faut changer le curseur : ce n'est pas aux autres de nous donner l'approbation pour être mais à nous. Plus on fait de choses qu'on estime nécessaires ou justes ou en cohérence avec nous, plus on prend confiance en soi et en ce qui on est. L'approbation de soi-même se donne par soi-même. C'est un mouvement qui part de l'intérieur, des envies profondes, c'est une expression de soi. Se montrer tel que l'on est pour affirmer sa valeur, même si l'expression en elle-même peut paraître être un processus long et difficile. Peut-on se donner assez d'amour pour oser s'exprimer sans fard? Peut-on se donner assez d'amour pour pouvoir juger par nous-même où est l'erreur et où est la bonne voie? Peut-on se donner assez d'amour pour enfin se soutenir, se supporter et juste se laisser être?

 

 

Le regard des autres est une erreur fondamentale. Je ne dis pas que tout est à jeter : certains commentaires extérieurs constructifs peuvent être éclairants et aidants dans la visée que l'on donne à un objectif par exemple. Mais en aucun cas, ce regard est celui qui nous défini. Ne vivons pas dans la prison des autres. Pourquoi? Tout simplement car les autres projettent eux-mêmes sur nous leurs propres attentes, leurs propres peurs, leurs propres attentes de la vie, leur formatage du réel. Et il ne correspond peut-être pas à votre propre vision de la réalité. Voilà en quoi le regard des autres peut-être biaisé. (il faut vraiment lire Les accords Toltèques à ce propos ! ).

 

A quand, un monde où nous aurons tous cette conscience accrue que nous avons tous des trésors à l'intérieur de nous, qu'il est de notre responsabilité de reconnaître. A quand un monde où chacun exprimerait sa singularité, sa vision unique, se laisserait être, constamment à l'écoute de lui-même et de ses talents. A quand un monde, où on arrêterait cette stupide comparaison, où on reconnaîtra que chacun a son propre rythme, son propre tempo, unique et singulier. Où chacun aurait sa véritable place, et agirait en fonction de sa boussole intérieure et non en fonction de ce qu'il est "normatif" de faire?

 

Pour se sentir libre d'exister, de faire des erreurs, d'avancer à son rythme, de proposer des choses folles, hors-cadre ou au contraires parfaitement structurées et lisses. Sentir qu'on est sur le bon chemin car on le sent et que c'est ça qu'il nous faut. Sentir cette confiance grandir en nous, car on développe de plus en plus d'amour pour soi en exprimant ce qu'il y a en nous. Car nous sommes notre propre référent sur ce qui est bon ou pas pour nous : par notre intuition et aussi par l'expérience, on se rend compte si c'est important ou pas pour nous.

 

A quand un monde où chacun pourra apporter sa contribution, jouer sa partition unique, pour créer tous ensemble une symphonie majestueuse?

 

"Don't die with your song still inside of you"

"Shine bright like a diamond" Rihanna

 

Et vous, qu'est-ce que vous dit votre être (votre intuition, votre voix...) ? Quelle est cette part de vous que vous n'avez pas encore exprimée au monde ? Quel trésor gardez-vous encore caché en vous par crainte du regard des autres ?

 

 

Commenter cet article

À propos

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.