Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.

10 Mar

"Money for nothing"?

Publié par Julie  - Catégories :  #Réflexions

Je préviens tout de suite. Je vais parler d'un sujet sujet à polémique je pense mais il me paraît intéressant de l'aborder.

 

Petit (grand) post pour prendre en compte une question récurrente : quel rapport entretient-on avec l'argent en général? Tout le monde en veut et quand certains parviennent à en avoir plus que d'autres, on y va sur les jugements de valeurs. Je ne sais pas si la représentation de cette première phrase est juste, je n'ai pas envie de généraliser, cependant c'est ce qu'il me semble observer. J'ai vu dernièrement la photo d'une porsche brûlée, comme ça, de manière totalement gratuite. Il y avait beaucoup de commentaires et pas des plus complaisants. Je n'ai plus les mots exacts mais l'idée c'était : il ne va pas pleurer quand même, il y a des choses plus graves dans la vie, c'est bien fait pour lui, et j'en passe. D'autres, plus compatissants, s'offusquaient en disant que "ça se trouve il avait travaillé dur pour arriver à se payer cette porshe, que c'était peut-être un rêve qu'il avait réussi à atteindre".

Il n'est pas question ici de faire état d'inégalité de richesse sur le territoire, de parler d'inégalité des salaires et de faire une comparaison. Bien sûr, brûler une porshe au fond ce n'est pas si grave comparé à d'autres problèmes bien plus importants. Ceci dit, il y a quand même une certaine notion de respect. Je me dis "alors quand on est riche, on n'est plus digne de respect?"  La richesse a plutôt mauvaise presse.

 

Ce qui me paraît encore plus problématique c'est plutôt l'état d'esprit derrière les commentaires. Je me dis "et eux, s'ils étaient riches, n'aurait-ils pas envie de profiter de leur argent? S'ils ont la chance, ou l'opportunité, ou le salaire et le travail qui leur ont permis d'acquérir matériellement ce qu'ils veulent, pourquoi le blâmer?" En fait ça me paraît assez contradictoire voire hypocrite de vouloir être riche, ou tout du moins plus riche, vouloir se payer de belles choses, pouvoir ressentir une vraie liberté financière et par devant critiquer ceux qui y parviennent.

 

Plus que l'état d'esprit, pour tenter d'aller plus loin, ce genre de critiques me semble symptomatique de beaucoup de croyances limitantes et négatives qu'on associe à l'argent et parfois même depuis tout petit. Pour prendre certains exemples :

" L'argent est sale"

"L'argent ne pousse pas sur les arbres"

"Quand on est riche, on a forcément trempé dans des trucs pas nets"

"Quand on est riche, on est égoïste, on est plus en phase avec la réalité..."

"Il faut travailler dur pour avoir de l'argent"

 

 

Si on prend toutes ces affirmations au premier degré on peut se poser des questions:

Ce serait donc malhonnête ou ce serait de la prétention de gagner de l'argent "facilement" ou de prendre du plaisir à gagner de l'argent? ou de gagner de l'argent en faisant une activité qui nous plaît vraiment?

Si on a envie de devenir riche, et qu'on commence à y arriver (parce qu'on a un bon salaire ou on fait de bons investissements immobiliers, que sais-je...), est-ce qu'on va véhiculer automatiquement l'image de quelqu'un d'arrogant, quelqu'un d'égoïste? Est-ce que ça peut expliquer pourquoi certaines personnes ne prennent même pas la peine d'aller chercher leurs gains lorsqu'elles remportent la super cagnotte au loto?

Est-ce que profiter de son argent pour faire ce qu'on a envie de faire c'est être égoïste?

 

Quand je regarde ces questions, je vois qu'elles sont guidées par une chose : la peur. La peur d'être jugé par les autres, de perdre l'estime des autres. Le souci de ce genre de pensées automatiques c'est qu'elles peuvent bloquer beaucoup de personnes à oser être riche ou même le désirer. A quel moment on est dans la norme aux yeux de la société? Y a-t-il un seuil limite à partir duquel on risque de perdre la considération des autres ? à susciter des jalousies, des réflexions dégradantes? à quel moment on perd son intégrité aux yeux des autres?

 

De ces questions, j'ai envie de poser la question de son propre rapport à l'argent : quelle considération j'en ai, est-ce que consciemment ou inconsciemment je me limite à trouver des activités lucratives? A profiter de ce que j'ai? L'argent est avant tout une question personnelle. Je pense qu'il est important de trouver sa propre définition et de définir la relation qu'on veut avoir avec l'argent. De tout ce que j'ai pu lire sur le sujet, voilà la définition qui me plaît : l'argent est une énergie, je l'obtiens grâce à la valeur que j'apporte au monde (par mon travail, mes services) et il me permet de m'enrichir (matériellement, personnellement...). La question alors serait plutôt que de craindre le manque d'argent, de se demander "quelle valeur je peux apporter aux autres" ou "quelle valeur en plus ou différente je peux apporter". La question la plus importante avec l'argent c'est de savoir aussi ce qu'on voudrait en faire, comment l'utiliser. C'est de remettre un sens à l'avoir. Je m'intéresse beaucoup aux entrepreneurs débutants ou plus expérimentés qui travaillent leur rapport à l'argent et certains affichent une vraie décomplexion, un lâcher prise qui leur permet d'avoir une vision très respectueuse de l'argent et de vendre leur produits et services de manière à proposer une valeur ajoutée. Des personnes qui parlent d'argent sans tabou, qui expliquent à d'autres comment ils se libèrent du poids de la peur du manque, et du jugement. Mais pour arriver ça, il y a un vrai travail pour transformer sa relation de peur avec l'argent à une relation d'amour, c'est-à-dire une représentation respectueuse de l'argent qu'on peut gagner, même facilement, une relation qui ne remet pas en cause qui on est véritablement.

 

J'ai moi-même du mal à parler de ce sujet : peur d'aller à contre courant d'une pensée dominante. Et aussi car le sujet est tellement vaste que je n'aimerais pas schématiser la complexité du rapport à l'argent. Travailler une vision respectueuse et apaisée en faisant fi du jugement d'autrui me paraît indispensable pour véritablement penser à comment attirer plus d'argent dans sa vie. Pourquoi désirer de l'argent? Par exemple, pour vivre de manière confortable, pour mettre les siens à l'abri du besoin, pour se sentir libre financièrement, pour ne pas avoir à craindre l'avenir, les inquiétudes sur les retraites, pouvoir s'acheter ce qu'on désire... Désirer de l'argent et le véhiculer dans sa vie pour nous enrichir matériellement et personnellement, c'est le respecter aussi. Je n'ai certainement pas tout dit sur le sujet, il y aurait encore beaucoup à dire, notamment sur le rapport entre travail et argent ("mais ce que tu fais ce n'est pas du travail!" lorsque l'on fait le choix par exemple de vivre de sa passion - et qu'on y arrive!).  Car je pense que derrière tout cela, la vraie idée que je défends est qu'on a le droit, on peut s'autoriser et assumer désirer de l'argent sans se compromettre, sans être d'accord avec toutes les idées limitantes et sans se reconnaître dans les stéréotypes sociétaux. Ici il est vrai, je pars surtout du point de vue de l'image de la richesse dans la société. Il y a cependant d'autres aspects à aborder fondés sur d'autres peurs que j'ai survolées dans cet article : peur du manque, de ne jamais avoir assez d'argent notamment. Et pour la question du travail, il en est de même : doit-on forcément souffrir pour gagner de l'argent? ce sera sûrement l'objet d'un autre article!

 

Et vous, vous sentez-vous à l'aise avec cette thématique de l'argent? Seriez-vous prêt à accepter de sortir d'une certaine norme sociale ?

Commenter cet article

À propos

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.