Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.

09 Mar

Prendre le temps de vivre/d'être - "et c'est le temps qui court..."

Publié par Julie  - Catégories :  #Réflexions

Mélancolie, spleen, on s'arrête, un peu trop parfois, pour observer ce qui se passe autour de nous, ce qu'on a fait de notre vie, ce qu'il reste à faire, on a cette sensation de faire pause alors que le fil de la vie passe à une vitesse folle, sans même qu'on s'en rende compte. Peut-être même que certaines personnes ne prennent pas vraiment le temps de faire cela, embarquées dans un rythme effréné, le tourbillon de la vie comme on peut l'appeler. Il est assez intéressant de questionner notre rapport à ce fameux temps : on le perd, on le prend, on le gagne, parfois il passe à une vitesse hallucinante et parfois il est d'une lenteur insoutenable.

 

Est-il possible d'apprécier chaque minute, chaque seconde de son temps ? Peut-on rendre unique, précieux chaque moment ? Ces questions me viennent suite à la vision de Before Sunrise, un film sorti en 1995, premier opus d'une merveilleuse trilogie. L'histoire semble simple et pourtant le traitement en est singulier. Une jeune femme, Céline, rencontre un jeune homme, Jesse, dans un train, rencontre tout à fait fortuite et somme toute banale. Sentant une vraie connexion entre eux, Jesse invite Céline à le suivre le temps d'une journée à Vienne, juste pour le plaisir de poursuivre la conversation. Ce qui m'a frappée, c'est cette légèreté, ce flot de la vie, les discussions à n'en plus finir qui rapprochent et tissent sans en avoir l'air des liens humains forts, des connexions puissantes. Ici, le temps est précieux car tous deux veulent profiter au mieux de cette belle rencontre, chance qu'ils ont su saisir au hasard.

 

Ce film me fait l'effet d'un hymne à la joie et au plaisir dans les petites choses : ces petites choses, ce sont les discussions sans retenues, les confrontations de points de vue en toute légèreté, les regards sans en avoir l'air, les danses improvisées au son d'un clavecin, la magie d'une promenade au bord de l'eau, l'écoute d'un poème qui nous rappelle de belles choses, la contemplation du ciel nocturne... Peut-être est-ce la brièveté de cet échange qui rendait tous les aspects de cette journée si important, la volonté d'apprécier chaque chose et chaque détail. Le temps est un ennemi puisqu'il est voué à un adieu (ou au revoir?) proche mais il est mis à profit, il est magnifié par ce qu'il permet de faire et de réaliser. Et les plus belles choses, au final, sont les petits bonheurs, les actions spontanées qui semblent être l'expression d'une liberté absolue : "je te suis, je visite la ville avec toi". Cette sensation qu'il n'y a rien à perdre et tout à découvrir, tout à explorer, tout à apprécier. Une bulle d'air, une bulle de liberté. Est-ce cela qu'on appelle le flow? Cet état de créativité, de fluidité, comme si rien ne pouvait être un obstacle, comme si tout était à comprendre ou juste à savourer dans un état d'esprit d'abondance, de légèreté et de gratitude.

 

 

 

C'est peut-être cela la vie dans son essence même : être soi dans cette fluidité et cette légèreté. Il y a juste à être et à découvrir. Peut-on vivre cet état de manière permanent, comme un état d'esprit, une manière d'être au monde?

 

Petit intermède, réflexion digressive sur ce qu'est "être" aujourd'hui et l'illusion de liberté. La société moderne semble nous projeter dans un monde effréné, où nous tentons de retrouver cette liberté originelle, parfois longtemps confinée dans le quotidien cloisonné de nos vies. Et la société nous propose une échappatoire somme toute illusoire : je pense ici à la publicité notamment qui nous parle avec conviction de ces moments de liberté qu'on va ressentir avec cette nouvelle voiture, notre identité qui va s'affirmer avec ce nouveau parfum. La publicité donne l'illusion qu'on peut devenir grâce à l'avoir, aux possessions. Je ne dis pas qu'il est mal d'acheter un parfum, mais il devrait être utilisé comme un moyen et non une fin : jouer avec sa féminité avec une note de parfum mais pas être femme et séduisante parce qu'on porte ce parfum précis. L'objet doit correspondre à ce qu'on est, il doit être instrument d'expression et non l'objet magique qui va enfin nous apporter ce dont on a besoin pour "être" ou nous procurer une sensation de liberté. Car "être", se définir, ne peut se faire en terme de possession extérieure, "être", c'est ce qu'il y a déjà au fond de nous, ce que l'on ressent en nous, qui ne demande qu'à s'exprimer. J'ai lu cette citation qui résume à merveille cette idée : "être soi suffit". C'est tellement beau et en même temps tellement difficile d'arriver à cette conclusion. On désire plus et toujours plus, on pense peut-être qu'on parviendra à devenir la personne que l'on souhaite ou qu'on sera heureux quand on aura une autre situation, une autre maison, une autre CHOSE. Mais le  fait est qu'on cherche à avoir, pas à "être". "Être", cela dépend aussi de nous et ne demande qu'à éclore. C'est peut-être ça "être" : s'écouter, partager, affirmer ce qu'on est, s'exprimer, apprécier le moment tel qu'il est et prendre ce qu'il y a à prendre.

 

Toutes ces tergiversations diverses et variées pour quoi? à vrai dire, toutes ces réflexions me ramènent vers ce film, il y est question d'être, de partager et de découvrir, simplement. Le scénario est épuré de tous les aspects d'avoir ou de possession. Il n'y a que l'essentiel : deux êtres authentiques qui se découvrent dans un moment qui leur appartient.

 

Et le rapport au temps dans tout ça ? Le fait d'être simplement rend le moment plus présent, plus intense ou plus simple et plus réel. C'est ici une immersion dans le moment présent, on ne fait qu'évoquer le passé et l'avenir mais seul compte le moment qui est en train de s'écouler. On est authentique, on prend chaque minute avec plaisir, sans aucune forme d'appréhension, de jugement sur soi ou sur les autres. D'ailleurs, il n'y a pas le temps de le faire, il est trop urgent d'apprécier l'instant.

 

C'est le moment de la petite réflexion glauque mais qui peut être intéressante à aborder : Lorsque nous serons proches de la mort et que nous nous retournerons sur notre vie, que verrons-nous, de quoi se rappellera-t-on? Peut-être qu'on se souviendra avec délice de tous ces moments précieux (volés au temps ou au coeur du temps?) où l'on aura savouré pleinement la vie.

 

Et vous, avez-vous déjà goûté au charme et la magie du moment présent ?

 

Commenter cet article

Estelle 09/03/2017 18:25

Oui bonne idée, je vais essayer d'appliquer ça : "ralentir le rythme". Et profiter de chaque seconde pleinement sans trop penser à ce qu'il y a autour de moi. A suivre !

Estelle 09/03/2017 16:59

Encore une fois merci pour cet article intéressant ! Je ne connais pas ce film mais je pense qu'il pourrait me plaire.
J'aime bien ton analyse par rapport à la publicité qui est remplie d'illusions. ça me rappelle aussi certaines youtubeuses (ou youtubeurs) qui se nomment elles-mêmes "influenceuses" sur les réseaux sociaux car elles sont suivies par des millions de personnes. Les marques de vêtements ou de chaussures ou autres les contactent pour faire la pub de leurs produits. En soit, je trouve ça plutôt bien si les produits leur plaisent. Mais le terme "influenceur" me dérange car j'ai l'impression qu'elles dictent la mode. Et c'est difficile d'être soi-même ensuite : veut-on ressembler à tout prix à ces filles ? peut-on juste s'inspirer de leur look tout en restant soi-même ? comment savoir si on est vraiment soi-même ? Et j'aime bien ta réponse : s'affirmer, s'exprimer.
J'aime aussi le passage sur le temps et ta question à la fin de l'article. Il m'est arrivé de vivre des moments de magie, notamment en rencontrant furtivement une célébrité que j'apprécie. Mais ce moment est souvent suivi d'une énorme nostalgie car passé trop vite : "j'aurais dû dire ça, faire ça...". Même si ça reste évidemment un moment super que je continue de savourer ensuite !

Julie 09/03/2017 18:16

Merci Estelle pour ton commentaire très instructif et de partager ta vision du sujet ! Tes dernières lignes me font réagir : quand tu te dis "j'aurais dû dire ça, faire ça...", tu sembles porter un jugement sur toi-même de quelque chose de passé. Dans ces moments-là de pur magie, je me dis que ralentir le rythme et se rendre compte consciemment de chaque minute peut être une idée pour apprécier encore plus le moment vécu sans ressentir de regret. Je pense qu'on peut jouer comme ça sur notre perception du temps et le ralentir ou l'accélérer en fonction de la conscience que l'on porte que ce qui se passe autour de nous.

À propos

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.