Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.

23 Mar

Chaque geste compte...

Publié par Julie  - Catégories :  #Développement personnel et psychologie

Regarder le chemin parcouru pour se donner les moyens de continuer si on le souhaite plutôt que trop regarder vers le haut. L'étape en elle-même, même petite est importante à franchir. (crédit photo : photo libre de droit importée de pixabay : https://pixabay.com/)

Regarder le chemin parcouru pour se donner les moyens de continuer si on le souhaite plutôt que trop regarder vers le haut. L'étape en elle-même, même petite est importante à franchir. (crédit photo : photo libre de droit importée de pixabay : https://pixabay.com/)

Mini synthèse : mesdames et messieurs, bienvenue dans cet article où je tente d'analyser ce qui est bon ou pas dans le fait d'être désorganisé, d'avoir un rythme d'apprentissage irrégulier et inconstant, d'avoir une curiosité débordante mais qui peut parfois rester superficielle et où je tente de trouver des éléments structurants pour aider à retrouver un minimum d'attention et de persévérance pour réaliser une action. De-ci, de-là nous traverserons quelques petites zones de turbulences (digressions, plusieurs idées qui peuvent s'entremêler...). Nous vous souhaitons une agréable lecture et espérons que les éléments apportés resteront clairs et cohérents.

 

Il y a des moments où on agit beaucoup, on est dans la frénésie de l'action, tout peut être fluide (flow) et il y a des moments où rien ne vient, rien ne bouge. Petit post pour tous les procrastinateurs, ceux/celles qui sont désorganisés et qui ne savent pas comment sortir de la spirale infernale de la procrastination et de ces logiques du tout ou rien (que de l'action ou rien du tout). Pendant longtemps (et maintenant encore) j'ai eu du mal à être organisée, régulière, rangée dans mes actions et dans ma pensée. Je pense que cet article va en être un bon exemple.  Attentive et concentrée sur un sujet, je l'étais pourtant quand j'étais à l'école : en bonne élève, tous mes devoirs étaient faits en temps et en heure. Alors d'où vient ce désordre à la mise en action à présent, ce manque de rythme du trop de choses à rien du tout ?

 

- A l'école, les devoirs sont donnés avec des consignes précises dans un temps imparti : tu sais où tu vas, ce que tu dois faire et quand tu dois terminer ton travail. Il y a une notion de spécifique et de déterminé qui cadre ton action.

Savoir où j'allais et ce que je devais faire précisément m'a permis de développer l'esprit du "bien faire", "mieux faire" - borner son action avec un début et une fin m'a permis de donner le meilleur de moi-même et de mesurer ma progression. Je pense que c'est cet état d'esprit qui faisait que faire mes devoirs était un plaisir, une source de progression et me donnait un cadre sécurisant. Les "efforts" à fournir venaient de  moi et me nourrissaient. 

 

Je me dis peut-être que c'est comme ça avec tout et que c'est peut-être un des éléments de la "réussite" : que l'action parte de toi, que tu la fais parce que tu sais que ça va t'apporter quelque chose de plus profond que le simple fait de bosser tes cours pour bosser tes cours.

 

Ce que je vous invite à faire, c'est de revenir au "pourquoi" de vos actions pour y retrouver une cohérence et plus de plaisir. Incarner ses actions, projets et savoir qu'il y a un retour pour soi. Ce que je vous invite à faire, c'est interroger votre rapport à l'action :

- Pourquoi vous faites ce que vous faites ?

- Qu'est-ce que ça vous apporte de le faire ?

Si vous ne trouvez pas de réponse, c'est peut-être que votre rapport avec l'action est construit sur des idées non aidantes, des représentations négatives : je fais ça car...je suis obligée, il faut le faire mais ça me soule, ça m'angoisse...  bref je ne sais pas trop...

 

Je vous propose de vous poser la question autrement et de reconstruire un rapport apaisé à l'action  : 

- Comment j'aimerais voir cette action (bosser mes cours par exemple) : comment j'aimerais le vivre, qu'est-ce que j'aimerais ressentir, chercher des adjectifs pour qualifier la représentation que j'aimerais avoir de cette action.

- qu'est-ce que je pourrais attendre d'une telle action? et surtout qu'est-ce que j'ai envie qu'elle m'apporte en plus (en terme de compétence, de confiance, de petit dépassement de soi...)

 

Travailler sa représentation d'une chose, et changer son état d'esprit permet, je pense, d'orienter sa vision, son regard, différemment. Ici le but, ce serait de ne plus nourrir ce lien de contrainte vis-à-vis de l'action à réaliser mais de développer une image aidante qui va nous permettre de nous poser des questions différentes plutôt que de se plaindre de la nécessité de faire cette action. Et parmi les questions :

- ok je vois ce que j'ai envie de penser, de ressentir en faisant cette action : comment je peux procéder pour arriver à ça ?

ex : bosser ses cours

** je veux ressentir du plaisir et l'impression que ça me serve à quelque chose - pistes de réflexions (entre autres) : changer ses méthodes de travail : trouver des manières plus ludiques, drôles, fun de bosser (imaginer que ton cours est un jeu vidéo avec des éléments à récupérer pour vaincre le boss de fin de niveau : tes examens - je tire cet exemple de l'article suivant http://www.potiondevie.fr/pnj/, d'un site qu'il faut absolument voir, explorer, harceler de clic, le site de Jean-Yves Ponce Potion de Vie où vous trouverez pleins d'articles ludiques et fun sur l'apprentissage et la mémoire!)

** je n'aime pas bosser seul ou je ne sais jamais si j'ai bien "appris" un cours : travailler en groupe, faire un groupe facebook d'échange, faire réciter à quelqu'un, écrire une synthèse de ce que t'as compris, en discuter avec quelqu'un - car oui verbaliser ce que tu apprends, ça fait partie de l'apprentissage, ça te permet de t'approprier le cours car tu reconstruis les choses avec tes propres mots. Tu sauras ton cours lorsque ce que tu dis te parais cohérent et que c'est clair pour toi.

 

Attention :  un des écueils que j'ai vécu et très difficile à faire disparaître est la volonté de tout redire sans changer un seul mot du cours (le revers de l'apprentissage par coeur). Même si apprendre par coeur peut avoir ses vertus, il faut faire attention à ce que cela ne devienne pas un élément de rigidité de ton apprentissage. Car oui, à force de faire ça, mes apprentissages sont devenus désincarnés et je ne trouvais plus le sens dans ce que j'apprenais et surtout dès que je déviais d'un mot, c'était la cata (vive les angoisses infondées). Alors apprendre par coeur, pourquoi pas mais les éléments essentiels, tes balises de compréhension.

 

 

Ce moment où l'article revient à son propos initial : (enfin il espère - zone de turbulence détectée)

 

Mon article partait d'un constat de désorganisation ambiante et s'est finalement arrêté sur comment changer sa représentation de l'action pour quelle corresponde à ce qu'on peut en attendre et orienter ses questions pour réaliser des actions productives par rapport à notre action principale (par exemple bosser ses cours). - mes excuses ça fait beaucoup "d'actions" pour le coup : l'action en elle-même (bosser son cours) et les actions qui vont nous permettre de réaliser l'action de la manière qui nous convient le plus (les stratégies). L'action dans l'action (mise en abyme de ouf mais je m'égare là). Au final j'aimerais quand même revenir à mon propos initial, on rappelle les titres : "chaque geste compte" et "Pendant longtemps (et maintenant encore) j'ai du mal à être organisée, régulière, rangée".

 

Et oui j'ai examiné pourquoi, dans le contexte scolaire, je n'avais pas rencontré ce problème : j'avais un cadre pour délimiter mon action.

 

Aujourd'hui, adulte vaccinée et responsable (on espère), éternelle étudiante car adepte des formations à distance, des sites, des vidéo, des articles de blog sur n'importe quel sujet, le problème se pose en des termes différents : explosion de connaissances à droite, à gauche, tiens ça c'est intéressant, ça aussi (c'est quoi le putain de lien xD) bref je tombe dans les affres de la curiosité à outrance et de l'action pas forcément calculée. Sauf que : je n'ai plus de cadre, la somme d'info est abyssale et concerne tous les domaines. Ce que j'en déduis un peu :

 

_La bonne chose c'est que j'apprends un peu tous les jours et même si j'ai l'impression que ce que je lis ne me sers à rien, je vois l'utilité quand je m'en sers : une amie me parle de quelque chose alors ça me rappelle ce que j'ai lu, quand j'écris, je parle, les choses reviennent un peu en ordre et c'est là que je retrouve (apparemment venues de nulle part) des info que je n'avais pas recroisées depuis longtemps et qui prennent sens

_ la bonne chose c'est que des fois certaines choses que je lis et découvre chaque jours font résonner quelque chose en moi (ce qui veut dire que j'ai VRAIMENT un truc à creuser là)

 

Mais :

 

_ c'est un peu épuisant de ne pas se poser sur un sujet

_ mon besoin d'attention est à son paroxysme car il m'est devenu très difficile de rester concentrée sur une chose et l'apprécier (viva la dispersion!) 

_ je reste au niveau de l'information et vais avoir du mal à aller plus loin (faire l'exercice pratique d'un concept en développement personnel, être régulière pour voir les effets d'un principe...)

_ je peux commencer quelque chose, l'abandonner et passer à autre chose, puis revenir, au final ça peut rester un peu superficiel : est-ce qu'on avance comme ça ?

Cela se voit aussi sur les modes de "fonctionnement" : le désordre intérieur se voit à l'extérieur aussi (impossibilité de ranger, avoir besoin d'une dead line officielle pour réaliser quelque chose de A à Z...). ça a ses inconvénients ! Alors quoi faire pour tenter d'équilibrer cet amour de l'exploration et faire en sorte de rester un peu plus fixée sur une tâche à accomplir ? Comment continuer à réaliser une tâche commencée alors que je viens de l'abandonner ?

 

 

Trucs et astuces si vous êtes, comme moi, sujet au besoin de cadre pour structurer :

 

- Focus sur l'instant présent. Ok dit comme ça, on dirait la grosse notion qu'on entend partout et qui ne veut rien dire. Mais si, si je te juge ça a du sens. Pourquoi? Parce que quand on est toujours dans l'exploration, le tumulte d'info, à passer d'un site à l'autre, d'une formation à l'autre, on est rarement dans l'instant présent à apprécier l'info et voir tout ce qu'elle peut nous apporter. On ne fait pas le choix de s'approprier quelque chose mais on passe toujours à autre chose, en définitive, on est dans l'après, plus que le présent. Comment rester plus dans l'instant présent ?

** pratiquer la méditation pleine conscience : une technique de méditation qui s'est faite connaître en France, notamment grâce au Docteur Christophe André qui a médiatisé cette pratique.

** faire quelque chose qui nécessite un effort prolongé et qui nous pousse à être attentif : lire un livre en entier (qu'on aime bien), regarder un film, écrire, faire une activité artistique, manuelle...

 

 - Définir ses priorités ou tout du moins relier à soi un élément d'apprentissage et l'explorer jusqu'au bout. C'est à dire changer son niveau d'exploration : plutôt que de ne pas mettre de limite et être dans une exploration "horizontale" et parfois superficielle : n'importe quel sujet de n'importe quelle discipline, faire une exploration "verticale" : partir d'un sujet et l'explorer (c'est-à-dire aussi faire les exercices s'il s'agit de développement personnel) - attention je ne suis pas pour se forcer à tester quelque chose qui ne nous convient pas. C'est de repérer un sujet qui nous parle vraiment et de tester, faire des efforts mais parce qu'on est convaincu que ça peut nous apporter quelque chose. (et non se forcer à tester quelque chose).

 

- Etre précis/ spécifier son propos et ses attentes : comme dit plus haut, il est important de travailler son rapport avec les choses, ici c'est pareil : quelles sont mes attentes avec ce types d'info? Qu'est-ce que ça va m'apporter ? quelle image j'ai du sujet et comment je veux faire évoluer ma représentation de ce sujet ? Comment je vais y arriver ? quels objectifs je vais mettre en place pour y arriver ?

 

- Se créer un cadre : un peu comme à l'école pour ma part, se donner des consignes précises avec un cadre précis. Définir son propos, noter mes attentes et évoluer dans un cadre donné.

 

- Surtout, ne pas culpabiliser de ne rien faire quand on commence à procrastiner. Accepter de ne rien faire pour le moment, accepter de voir que les efforts que l'on fait ne sont pas fluides, ni réguliers. Car en vérité, même si on fait peu, on fait quand même (oui ça peut paraître évident dit comme ça). Tout ce qu'on fait a toujours une utilité. Par contre il faudra voir ensuite ce qui se cache derrière la procrastination (peur, besoin non nourrit, manque de sens, besoin de quelque chose en plus pour réaliser l'action) pour continuer d'agir dans un sens qui nous convient mieux et pour que l'action soit plus un plaisir.

 

ex : j'ai envie de courir, je l'ai fait cette semaine mais là j'ai abandonné.

On part ici sur une logique du tout ou rien. Soit je le fais régulièrement, soit si je m'arrête c'est foutu. Non ce n'est pas foutu. Il faut partir de là où on est. La vérité c'est que tu as couru une semaine c'est-à-dire que tu as déjà dépassé la phase de la première action, ce n'est pas comme si tu n'avais jamais rien fait et que tout est inutile.

 

Certains disent qu'il faut la motivation pour te permettre d'aller jusqu'au bout. Je pense que ceux qui ont développé une vraie habitude ont su justement développer l'état d'esprit dont je parlais en début d'article (qui doit être assez loin maintenant!!) : relier son action à quelque chose qui nous nourrit et nous apporte quelque chose. Mais quand on y est pas arrivé, rien ne sert de culpabiliser car ce n'est pas un échec. Tu es sur la voie de trouver le moyen qui te convient le plus et en plus tu as déjà commencé. Regarde plutôt d'où tu es parti plutôt que voir le bout du chemin qui te paraît inaccessible. A chaque jour suffit sa peine. A chaque action suffit son petit pas effectué. Même s'il date d'il y a longtemps, ce n'est pas parce que ça n'a pas marché une fois que tu ne peux pas reprendre où tu t'en étais arrêté. Car chaque action que tu fais, même petite, modifie un petit peu, ton état d'esprit. C'est comme un chemin que tu parcours, que tu laisses et que tu reprends après. Tu peux penser à ton objectif en terme d'étape et pas en terme de comportement idéal qu'il faut tenir du début à la fin. Le comportement idéal c'est celui qui te correspond. Le comportement idéal, tu vas l'avoir, à force d'essai, à force de tentative. Si tu as abandonné c'est que quelque chose ne correspondait pas à ton besoin, dans ce cas, pose toi les questions aidantes plutôt que rester focalisé sur l'échec : qu'est-ce qu'il te manque pour continuer? qu'est-ce qui te motiverait à repartir à l'action?

 

 

"Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas". Thomas Edison

 

Il m'a été plaisant de rédiger cet article et en même temps j'observe mon envie de faire des digression, de penser à d'autres choses en même temps que j'écris. La difficulté vient du fait de partir d'un événement particulier : être désorganisée et que j'ai envie de lier cela avec d'autres situations particulières ou générales (et tout ça mijote joyeusement dans la marmite). Et surtout j'ai la sensation de ne pas avoir tout dit ou que j'aurais pu le dire dans un ordre différent, qui aurait été plus clair. Qu'importe, c'est un petit pas de plus, ma réflexion s'améliorera à force de pratique.

 

"Mesdames et Messieurs, nous sommes arrivés à destination, merci pour votre attention, en espérant que votre voyage n'ait pas été trop perturbé par les turbulences, nous vous souhaitons un agréable séjour et aurons le plaisir de vous accueillir de nouveau sur ce blog."

Commenter cet article

À propos

Parce que chaque acte, chaque pas que nous faisons, peut nous mener vers plus de sens, plus de plaisir, plus d'harmonie, bref plus de connexion avec nous-même. Méli-mélo de perceptions, de découvertes, d'envies et de recherches, le sens jaillira au fur et à mesure de l'exploration.